mini logo menu

Textes

Le politicien (5c) solution

Le politicien lui a montré ce qu'est la tour de l'abîme, puis l'alizé dans le beffroi. Mais ce qu'elle préfère, c'est les murs d'ambre, et pas ce politicien qui ment debout. Elle l'a donc simplement laissé dans l'évéché.

Chimie pratique (9c) solution

"J'ai une tige de germanium dans la hotte, et ses qualités ductiles rendent bien tard !" déclara la chimiste qui sentait simultanément du téflon. Elle sentit alors sa mole s'étouffer. Quant à elle, la laborantine, qui exige toujours des zones pour pomper les gros tubes, grommelle que les pipettes devraient être soigneusement étalées. Elle a néanmoins passé l'amine, et à vil prix, se laissant mouiller par le bocal.

La jeune concierge (10c) solution

Elle eut peur de mon mot de guichet : les concierges n'aiment pas être éveillées brutalement. Je l'apaisai donc en la berçant doucement, mais comme elle insistait pour aspirer mon terme, je la laissai travailler ma bile et me senti détesté. Helas ! Quand je suis saoul je n'ai plus de remords : une sorte de rage me tenait lieu de verve et je lui fis sentir le bout de mes galoches. Honteux, je lui offris alors une vieille fine sans depôt. Elle dit : "Après ce marc, il faudrait une bonne dinette !" Je sentis alors l'avidité des concierges.

L'habile détecteur (13c) solution

Microsoft-France vient d'annoncer la réalisation, après plus de dix ans de recherches, du logiciel sémantique qu'attendaient tous les spécialistes de la linguistique combinatoire : le "Détecteur d'Antistrophes Rabelaisiennes Dissimulées", autrement dit, le premier détecteur informatique de contrepèteries.

Présentant son D.A.R.D., le géniteur résuma : "C'est un projet net qui a d'abord exigé un vieux VAX 1 pour y faire prélever des /puces, car nos Bull n'étaient pas bien dans le coup." Racontant comment il avait un jour été "disturbé" alors qu'il travaillait sur masque (il codait sur une banquette), par une experte qui venait de compiler le "C", il parla de "micros pleins de failles, de bouillies de chiffres, de petites lettres qui venaient mal à cause d'indices complexes faisant boucler des "J", avant de conclure : "Nous sommes finalement arrivés au bout en treize* ans."

Maud du FOND DE CHAMP

* Note de la rédaction : 13 est justement le nombre affiché par le détecteur mis aimablement à notre disposition, après lecture de ce texte (hors sa signature).

Menu des Seize Contrepèteries (16c) solution

HOTEL du CONGRE DEBOUT et du BON COUCHER

(Auberge de Vendée)

Rillettes en fût

Tourte de cailles

Jolies tranches dans le mou

~~~~~~~~

Mouton bouillant

Caneton à la russe

Escalopes sur une belle salade

Roussette juste pêchée

accompagnement au choix :

Nouilles cuisant au jus de canne

Riz Con

~~~~~~~~

Poire à la fine

Flan anglais aux baies d'airelles

Agence de voyages (22c) solution

Notre devise : "AIRO, c'est l'exotisme !"

Dans nos petits hôtels, vous aurez le plaisir de vous accouder. En Bretagne, vous aurez droit aux bisous dès que vous vous baignerez. A Bruxelles, les Basques pourront se commettre avec la frite, mais nous vous déconseillons les friches de la Meuse. Si vous choisissez le Sud de la France, attention au côté mordant des pipelettes de Pau/.

En Tunisie, outre de petites bêtes aux abords de Monastir, vous pourrez voir plein de piafs du côté des Ch/otts. Mais attention : contrairement à une idée reçue, l'Afrique n'est pas toujours bonne hôtesse : on vous présentera parfois des Peuhls trop minées ; vous verrez ainsi que la plupart des races ont la même quantité de faibles.

Mesdames, vous découvrirez les roupillons de Papeete : ce sont des courts sommeils ! Vous pourrez vous étendre sur des lits indigènes pleins de cavités : un bon branchage sur la latte, et voilà le lit d'un sauvage...

Au Mexique, les femmes vous offriront leur jus de piment, mais attention : là-bas, trop dîner, c'est décapant ! Les voyageuses pourraient exprimer la plainte d'être crottées. De retour à Paris, après avoir croisé de belles Africaines au Pont-Marie (certains ponts méritent le déclassement), vous pourrez enfin flâner tout au long de la Mouff'.

Discours aux 64 contrepèteries (64c) solution

Le discours ci-après a été authentiquement prononcé par Dominique G., ancien élève de l'Ecole des Mines de Paris, lors d'un repas, le lundi 10 mai 1982. (1+63c)

Menu pour les connaisseurs, au restaurant du Congre Debout, près de l'hôtel du Bon Coucher.

Pour répondre à l'appel de Claudine et des autres, puisque nous sommes une masse de perturbateurs et que notre cas nous incite à l'humour, comme il faut être peu pour bien dîner, je me mettrai en face de la poutre pour qu'on s'envoie dans la culture, et je sacrifierai à la tradition. Sans vouloir bâcler ses rites, je ferai donc un discours à tous ces fous dans ce comptoir, pour vous présenter le menu, afin que chacun et chacune choisisse quelques parts pour bien dîner, d'autant mieux d'ailleurs que le chef met vraiment du coeur à ses bouillons.

En apéritif, nous vous proposons quelques trucs à l'anis, ou un coup de Martini pour votre peine, ou pour ceux qui préfèrent, une menthe, une menthe folle, car la menthe excite la faim. Mais peut-être voudrez-vous aussi un peu de vin doux ?

On vous proposera d'entrée quelques rillettes en fût, avec un fois de Chalus, sur une mortadelle de Scipion, ou en variante, la version de l'asperge.

Pour le plat de résistance, le chef me signale qu'il a un canard sur le feu, et la patronne verrait bien quelques tranches dans le mou avec son riz de Mâcon, mais on pourra aussi apprécier la cervelle et la macreuse, ou préparer ses mouillettes pour les quiches lorraines. La patronne nous offre également un mouton bouillant sur quelques croquettes grasses avec des nouilles à côté. Nous pourrons goûter aussi un petit mouton de labour du fond de la Creuse.

On aura un sursis pour le veau, car le veau a des qualités. C'est une tête de veau gris avec des nouilles encore. Après cela, on mettra quelques cailles au choux, présentées en groupe de cailles au jus de caneton et au lard du Grand Duc. Il est certain que pour les cailles, on se débrouillera. Pour boire avec, nous choisirons quelque bouteille ou quelque fillette ayant un nom bien coté, et nous mettrons les vins au centre.

Après avoir visité les granges à vins d'ici, et avant de mettre les fûts en route, le patron vous propose quelques c/ôtes du cru provenant de fûts et de caisses. Mais au fond, après les caisses, si vous préférez le goût du blanc, on pourra mettre un blanc de Grave ou un simple Anjou, ou un blanc de messe, enfin.

En dessert, on vous présentera d'ailleurs la Glace du Mans, et on goûtera le flan à la louche de la Baronne (surtout s'il s'agit d'un flan anglais !), mais je vous conseille cependant sa pâte à choux.

Après cette dinette, on sortira le marc, un marc pas trop doux. Quant à ceux qui prisent la fine, on offrira une vraie fine sans dépôt.

Mais il suffit ! Depuis un moment, je ressasse la chute, et elle sera culottée jusqu'au bout : buvons, buvons, car c'est à l'ami que j'offre mon vin !